Clément G. SECOND


 

 
 
 
 

 

Un Processus

 

Cette micro-nouvelle relate le processus de sa propre écriture dans le strict respect de la contrainte suivante : cent mots exactement, pas un de plus ni de moins, la composent. Selon le principe de ligne narrative, sa rédaction ne retient que l’un des développements possibles. Au fil des signes et des blancs intermédiaires, des choix successifs définissent sa progression. Aucun enjeu autre qu’aboutir n’achemine celle-ci vers le moment de la chute, que l’attention blasée pourra juger faible, et suffisante la disponible, et que voici dans cette phrase, juste avant le point final et le retour à l’indéterminé de la page.

 

 

Genre

 

Se dirigeant vers l’entrée où j’attendais, timide, sans oser la franchir, elle s’approcha et me montra soudain le sien. Je le reçus comme une décharge extrême de douceur. Il s’en dégageait une beauté si rayonnante qu’il me bouleversa d’emblée. Nous nous parlâmes un peu – mes paroles hypnotiques subissaient le dialogue – sans qu’à aucun instant je parvienne en dépit de mes efforts à m’en détacher. Elle m’observait, intriguée, mais ma fascination ne troubla pas davantage notre échange. Puis elle dut me laisser pour aller accueillir d’autres invités. Ébloui que j’étais, j’avais bien du mal à voir clair.

Des années plus tard, en écrivant ce souvenir par un matin d’hiver, dans un café de la ville froide, je me demande encore pourquoi la langue n’accorde jamais l’autre genre à une manifestation pouvant s’avérer, comme ce soir-là chez quelqu’un dont la présence physique n’avait pourtant rien d’exceptionnel, aussi fémininement lumineuse : le sourire.

 

 

Un brouillon

 

Brouillon presque illisible griffonné hier à la sauvage avant de s’endormir. Sa relecture freinée piétine et cale. La hâte a bousculé, malmené les mots. Élucidation à cloche-regards, comme sur un gué bancal. Cerner d’hypothèses soutenables les énigmes. Une arborescence qui enrichirait le texte ? Oh non, ne pas tirer avantage de la gaucherie ! Tout à la fin, un récalcitrant s’obstine. Même à la loupe, sous la lampe, rien. Leçon de modestie... Ah mais oui, rien à voir avec le reste !

Quoique... Ce terme de rhétorique, pourquoi donc l’avoir placé là comme en pattes de mouche aide-mémoire ?

Informations supplémentaires